Thomas est ambassadeur de la région de Namur depuis juin 2013 chez Soft Love. Également manager, voici l'interview que nous avons eue avec lui.


Manager Namur

Thomas, manager Softlove de Namur

Entretien avec Thomas, Manager pour Softlove 


- La rédaction : Bonjour Thomas, depuis combien de temps travailles-tu pour Softlove ?

- Thomas : Cela fait maintenant depuis juin 2013 que je me déplace à travers la région namuroise

- La rédaction : En quoi consiste ta fonction actuelle chez Softlove ?

- Thomas : Je suis actuellement Manager chez Soft Love et je dirige une équipe d’ambassadrices.
J'ai demandé à devenir Manager pour rencontrer de nouvelles têtes et ne plus être seul. Pour moi, ce changement représente un chouette chalenge à relever ainsi qu’un enrichissement relationnel. Ayant déjà des compétences de gestion, gérer une équipe ne me fait pas peur. 


Les "Magic Toys" de Namur

En discutant avec ma femme psychologue et sexologue, on a décidé que le nom de l'équipe devait être funky et représentatif. C’est en fouillant dans mon lecteur multimédia que l’idée m'est venue. Le film Magic Mike m’a tout de suite inspiré. Mon équipe sera représentative de ce film, ses ambassadeurs et ambassadrices apporteront les mêmes sensations à leurs clients Soft Love. 

 



Un métier fun !


- La rédaction : Qu'est-ce qui te plait le plus dans le fait d'être Manager Softlove ?

- Thomas : Ce qui me plaît, c'est organiser régulièrement des démonstrations de sextoys dans ma région pour combler les hommes et les femmes libérées. Dans les ventes à domicile, il y a un côté fun et ludique, on ne s’ennuie jamais à une démo ! 

Mon maître mot, c’est de s’amuser et de prendre du plaisir. Le but n’est pas de faire de l’argent mais bien de passer une bonne soirée et d’être entouré de gens agréables. Quand on prend du plaisir soi-même, on en donne encore plus à l’autre.  

- La rédaction : Quel contact as-tu avec tes clientes ?

- Tomas : Être un homme dans un milieu de femmes n’est pas toujours facile alors pour passer inaperçu, je reste le plus naturel possible. Aux premiers abords, les femmes sont étonnées mais après quelques mots échangés, agrémentés d’une touche d’humour, le courrant passe. Sur 4 ans de démonstrations à domicile, seulement 2 ont été annulées.